Dernière actualisation le 20.01.2022

Vaccination de rappel : questions et réponses importantes

Pour avoir la meilleure protection possible, en particulier pour se prémunir contre une maladie grave due au COVID-19 nécessitant une hospitalisation, il est recommandé de faire un rappel avec le vaccin à ARNm de Moderna ou de Pfizer/BioNTech à partir de quatre mois après une primovaccination complète (immunisation de base).

La vaccination de rappel relève des cantons. Renseignez-vous sur le site Internet ou l’infoline de votre canton ou auprès de votre médecin ou de votre pharmacien pour savoir où vous pouvez vous inscrire et vous faire vacciner.

Avez-vous encore des questions au sujet de la vaccination de rappel ? Vous trouverez ci-dessous des réponses claires et simples aux principales questions.

Qu’est-ce qu’une vaccination de rappel et à quoi sert-elle ?

close

La vaccination de rappel consiste à administrer une dose de vaccin supplémentaire si possible avant que la protection apportée par l’immunisation de base ne diminue. Le rappel sert à entretenir ou à rétablir la protection vaccinale et à la prolonger. D’autres vaccins que celui contre le COVID-19 deviennent moins efficaces au fil du temps et doivent donc être renouvelés. Par exemple, l’OFSP recommande de faire régulièrement des rappels vaccinaux contre la diphtérie et le tétanos.

Quelle est la différence entre le rappel et le booster ?

close

Il n’y en a aucune : ces deux mots désignent la même chose. En anglais, le vaccin de rappel est appelé booster, vaccine booster, booster shot, booster jab ou encore booster dose.

Quelle est la différence entre l’immunisation de base et la vaccination de rappel ?

close

L’immunisation de base, ou primovaccination, comprend une ou plusieurs injections qui permettent de développer une protection immunitaire optimale contre un agent pathogène déterminé et ses conséquences. Le vaccin administré déclenche une réponse immunitaire qui donne à la fois une protection rapide et une mémoire immunitaire. La protection ainsi obtenue dure plus ou moins longtemps, selon les vaccins et les agents pathogènes. Un rappel permet de l’entretenir ou de la rétablir.

La vaccination de rappel, ou booster, est le renouvellement de la vaccination contre un agent pathogène. Elle est administrée plusieurs mois après une immunisation de base complète pour rafraîchir la protection immunitaire. Le rappel réactive la mémoire immunitaire donnée par la primovaccination, ce qui renouvelle rapidement et prolonge la protection immunitaire. Certains vaccins sont efficaces tout au long de la vie ; d’autres doivent être renouvelés. La vaccination de rappel se distingue de l’immunisation de base en ceci qu’il suffit d’une seule dose, éventuellement plus faible, pour retrouver rapidement une protection suffisante.

À qui la vaccination de rappel contre le COVID-19 est-elle recommandée ?

close

La Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) et l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommandent la vaccination de rappel avec un vaccin à ARNm à toutes les personnes à partir de 16 ans dont l’immunisation de base remonte à quatre mois ou plus.

Pourquoi faut-il faire une vaccination de rappel ? Qu’est-ce que ça apporte ?

close

La vaccination de rappel ravive la mémoire de l’agent pathogène dans le système immunitaire. Cela augmente et prolonge la protection vaccinale. Le rappel contribue à protéger durablement contre les maladies graves dues au COVID-19. À court terme, le rappel peut aussi renforcer la protection contre les infections, les formes légères de maladie et leurs conséquences. De plus, il permet de freiner la circulation du virus.

Pourquoi faire la vaccination de rappel alors que mon certificat est encore valable ?

close

La vaccination de rappel améliore la protection individuelle contre le coronavirus. En outre, elle freine – ne serait-ce que temporairement – la transmission du virus à d’autres personnes.

Les vaccins à ARNm protègent très bien des formes graves du COVID-19 nécessitant une hospitalisation. Cependant, cette protection peut diminuer avec le temps chez les personnes à partir de 65 ans. Les observations actuelles n’indiquent pas clairement si la protection vaccinale contre des formes graves de maladie chez les personnes de moins de 65 ans et contre de nouveaux variants du virus diminue. Par contre, la protection contre les formes légères de maladie et contre la transmission du virus diminue chez tout le monde avec le temps. La protection contre le variant Omicron dure moins longtemps qu’avec les autres variants. La vaccination de rappel peut contribuer à renforcer la protection contre les infections, les formes légères de maladie et leurs conséquences (p. ex. effets à long terme du COVID-19) et à freiner temporairement la circulation du virus.

La vaccination de rappel est-elle efficace aussi contre Omicron ?

close

Les données actuelles indiquent que le vaccin contre le COVID-19 offre une protection plus faible face au variant Omicron que face au variant Delta. Mais la vaccination de rappel protège bien contre le variant Omicron dans les semaines qui suivent l’injection. En revanche, on ne connaît pas encore bien la durée de cette protection.

Selon les premières études, il semble que le rappel maintienne en grande partie la protection contre les maladies graves dues au COVID-19. La pratique montrera quel est effectivement le niveau de cette protection.

On ne connaît pas les effets à long terme de la vaccination de rappel contre Omicron. Certains fabricants travaillent déjà sur une adaptation de leurs vaccins. Il est encore trop tôt pour savoir si nous aurons ou non besoin de ces vaccins modifiés.

Pour en savoir plus sur la protection contre le variant Omicron, lisez la réponse à la question « Comment suis-je protégé si je ne fais pas la vaccination de rappel ? »

Avec quel vaccin faut-il faire le rappel ?

close

Si vous avez eu votre primovaccination avec un vaccin à ARNm, le rappel doit être fait autant que possible avec le même vaccin. Si celui-ci n’est pas disponible, il est possible d’utiliser un autre vaccin à ARNm. Pour les personnes de moins de 30 ans, il est recommandé de privilégier le vaccin de Pfizer/BioNTech, comme pour l’immunisation de base.

J’ai moins de 30 ans. Dois-je absolument faire le rappel avec le vaccin de Pfizer/BioNTech ou est-ce possible aussi avec le vaccin de Moderna ?

close

Pour les personnes de moins de 30 ans, il est recommandé de privilégier le vaccin de Pfizer/BioNTech, comme pour l’immunisation de base. Cela vient du fait que, dans des cas très rares, des inflammations du muscle cardiaque ou du péricarde ont été observées dans les 14 jours suivant l’administration du vaccin. Il s’agissait pour la plupart d’inflammations légères, qui ont pu être bien traitées. Ces inflammations ont été observées plus souvent chez des personnes de moins de 30 ans ayant reçu le vaccin Moderna. La recommandation de privilégier le vaccin de Pfizer/BioNTech pour cette tranche d’âge permet de réduire encore ce risque déjà très faible.

Mais pour le moment, il est essentiel que la vaccination de rappel soit dispensée à un maximum de personnes dès quatre mois après leur immunisation de base, quel que soit le vaccin à ARNm utilisé. Cela est valable aussi pour les personnes de moins de 30 ans si le vaccin de Pfizer/BioNTech n’est pas disponible dans leur centre de vaccination. Les inflammations du muscle cardiaque ou du péricarde sont beaucoup plus fréquentes après une infection par le coronavirus qu’après la vaccination.

La vaccination de rappel est-elle également recommandée pour les femmes enceintes ?

close

La vaccination de rappel est également recommandée pour les femmes enceintes à partir du 2e trimestre de grossesse et pour les femmes qui allaitent.

J’ai guéri d’une infection au coronavirus et j’ai reçu une dose de vaccin. Si je reçois une 2e dose, s’agira-t-il d’un rappel ?

close

Si une infection confirmée est survenue au moins quatre semaines avant ou après l’administration d’une dose de vaccin à ARNm, l’immunisation de base est complète. Dans ce cas, la 2e dose constitue un rappel si elle est administrée à partir de quatre mois après l’immunisation de base complète.

J’ai contracté le coronavirus après une vaccination complète. Faut-il que je fasse un rappel ou cette infection en tient-elle lieu ?

close

Si une infection au coronavirus est confirmée après une immunisation de base complète avec un vaccin à ARNm, les règles suivantes s’appliquent :

  • Si l’infection survient dans les quatre mois qui suivent l’immunisation de base, une dose de rappel est recommandée quatre mois après cette infection.
  • Si l’infection survient plus de quatre mois après l’immunisation de base, un rappel n’est généralement pas nécessaire selon les connaissances actuelles. Dans ce cas, il n’est pas délivré de certificat de rappel vaccinal car le certificat de guérison ainsi que le certificat de vaccination toujours valables suffisent pour accéder à des manifestations soumises à la règle des 2G (accès aux personnes vaccinées ou guéries). Si l’infection remonte à moins de 120 jours (selon les indications figurant sur votre certificat de guérison), vous êtes exempté de l’obligation de test selon la règle des 2G+ (accès aux personnes vaccinées ou guéries et testées négatives), comme les personnes dont la vaccination de rappel remonte à moins de 120 jours.

Quels peuvent être les effets secondaires après la vaccination de rappel ?

close

Les effets secondaires possibles après la vaccination de rappel sont les mêmes qu’après l’immunisation de base. Ils sont généralement légers et de courte durée. Ils sont le signe normal que votre organisme développe la protection souhaitée contre le coronavirus.

Faudra-t-il faire d’autres rappels vaccinaux par la suite ?

close

On ne sait actuellement pas si de nouveaux rappels seront nécessaires, pour quelles personnes ni avec quels vaccins. Il n’y pas encore de données sur l’efficacité des trois doses de vaccin à long terme et face aux variants.

Faut-il attendre qu’un vaccin adapté aux nouveaux variants soit disponible pour faire la vaccination de rappel ? 

close

Non, il ne faut pas attendre. La vaccination de rappel est recommandée pour toutes les personnes à partir de 16 ans dont l’immunisation de base remonte à quatre mois au moins. Elle augmente la protection contre le COVID-19. Les premières données sur son efficacité indiquent une forte hausse de la protection contre les infections, qui est efficace également contre le variant Omicron, tout au moins temporairement. Il est encore trop tôt pour évaluer l’efficacité du rappel contre les maladies graves nécessitant une hospitalisation, mais elle est vraisemblablement beaucoup plus élevée que contre les infections ayant une évolution bénigne. Face aux précédents variants (p. ex. Delta), le vaccin avait une efficacité nettement plus élevée et plus longue contre les maladies graves nécessitant une hospitalisation que contre les formes légères de maladie.

On ne sait pas encore quand des vaccins adaptés aux nouveaux variants seront disponibles, ni comment ils pourront être utilisés.

Comment suis-je protégé si je ne fais pas la vaccination de rappel ? 

close

Variant Delta
Les personnes âgées dont l’immunisation de base remonte à plus de six mois ont un risque d’évolution grave de la maladie nettement plus grand que celles qui ont fait la vaccination de rappel. Les personnes qui sont vaccinées depuis plus de six mois et qui n’ont pas fait la vaccination de rappel ont en outre un risque plus élevé d’être infectées par le coronavirus et de transmettre le virus que les personnes ayant fait la vaccination de rappel.

Variant Omicron 
Les données sur le variant Omicron sont étoffées en permanence. Les premières études indiquent que les personnes guéries non vaccinées ainsi que les personnes doublement vaccinées ont une bonne protection contre le variant Omicron au début, mais que cette protection diminue rapidement et finit par être moins bonne que contre le variant Delta. Les personnes qui reçoivent une vaccination de rappel ou sont infectées par le virus quatre mois après l’immunisation de base complète sont mieux protégées contre le variant Omicron. Mais la protection contre les infections est moins bonne que face aux précédents variants. Selon les connaissances actuelles, on est très bien protégé contre les infections par le variant Omicron dans les premières semaines après la vaccination de rappel.
Il y a encore peu de données sur l’efficacité de la protection apportée par l’immunisation de base contre les maladies graves en cas d’infection par le variant Omicron. Les premières études montrent que les personnes ayant une immunisation de base complète conservent une très bonne protection contre les évolutions graves des maladies dues à Omicron, même si cette protection est un peu moins bonne que face au variant Delta.